Malbuisson

Accueil > Patrimoine > Malbuisson

En 1900, les voyages sont difficiles, on ne se déplace que quand on a de bonnes raisons de le faire. La route de la rive gauche du bord du lac a été ouverte, non sans difficultés. Un agent de change bisontin, Émile Schlumberger a l’idée de créer des lignes de chemin de fer pour transporter les gens et les marchandises, alors que les routes sont mauvaises et le nombre de voitures quasi nul. En 1896, quatre lignes sont retenues : Pontarlier-Mouthe, Andelot-Levier, Besançon-Amathay-Vesigneux, Morteau-Maîche.

Le département fournit les terrains après expropriations. Les concessionnaires prennent en charge l’aménagement de l’infrastructure, avec la pose et le ballastage des voies, la fourniture du matériel fixe et roulant, ainsi que l’exploitation de la ligne. Pour la ligne Pontarlier-Mouthe, d’âpres discussions ont lieu quant au montant à payer par les communes pour le financement de la ligne, mais les travaux de terrassement et la pose des voies commencent en janvier 1898.

Le 1er mai 1900, c’est l’ouverture de la ligne au public. L’inauguration a lieu en août 1900. Les stations sont décorées et pavoisées de fleurs, de drapeaux et de guirlandes. Tous les journaux en parlent, la presse bisontine, mais aussi le Lyon Républicain. Les conditions météorologiques de circulation s’avèrent sur la ligne Pontarlier-Mouthe très aléatoires en hiver et les horaires sont difficiles à respecter, d’autant que le train transporte aussi des marchandises. Mais la lenteur du trajet permet aux touristes venus de Dijon, Besançon, Lyon ou Paris de profiter du paysage. Schlumberger possède une résidence secondaire à Malbuisson, il va faire la publicité de l’endroit à ses riches amis et clients.

Le premier hôtel et restaurant est celui de Mme Magrin, bonne cuisinière et bonne commerçante. Les Magrin bâtissent l’hôtel Beau-Site, devant la voie du tacot et à côté, Le restaurant du tramway. Dans les années 20, Monsieur Aymard épouse Mademoiselle Magrin et transforme de la cave au grenier le bâtiment : c’est lui qui va donner son aspect actuel à l’hôtel Le Lac. En parallèle , d’autres hôtels s’établissent, comme Le Bon Accueil. Désormais les touristes viennent aussi l’hiver goûter aux joies du patin à glace, de la luge et du ski.

Les touristes les plus aisés vont aussi bâtir de belles villas à Malbuisson, comme la villa Montjoie ou les Hirondelles. Toutes ces maisons sont les témoins du passé prestigieux du village et des fêtes du lac. Les voitures se multiplient, le tram survit jusqu’en 1950. De nos jours, Malbuisson est restée une station de vacances, l’hôtellerie est dynamique et de qualité, le restaurant de l’hôtel Bon Accueil est étoilé : le chef y sublime les produits du terroir.

ViaCluny.fr Malbuisson lac hôtel tourisme
ViaCluny.fr Malbuisson lac hôtel tourisme
ViaCluny.fr Malbuisson lac hôtel tourisme
Translate »