Doubs

Jougne

Jougne

A la frontière franco-suisse

Jougne est un village situé vers la frontière franco-suisse, à 1 000 mètres d’altitude, sur la route du col du même nom qui permet le franchissement le plus facile de la chaîne du Jura. Surplombant la vallée de la Jougnena, l’agglomération est formée de sept hameaux : Entre-les-Fourgs, le Moulin, les Maillots, les Échampés, les Tavins et les Piquets.
La première mention connue du village se trouve dans le cartulaire de Romainmôtier, en 1084, faisant mention en ce lieu du jugement d’Amaury de Joux suite aux violences commises à plusieurs reprises sur les gens et les biens que l’abbaye possédait à Bannans. En 1199, on apprend qu’un chapelain est nommé pour la chapelle Saint-Maurice, située sur la voie principale d’alors, aux Tavins. Cette route emmenait les pèlerins à Pontarlier puis à Saint Bénigne, à Dijon ainsi qu’à Saint Maurice d’Agaune, dans le Valais, en Suisse ; un petit prieuré permettait de les accueillir.
En 1266, Jean de Chalon l’Antique devient le seigneur des lieux et établit la même année un péage qui devient vite une ressource importante. L’intensification du trafic est à l’origine des infrastructures nécessaires au transit des voyageurs et de leurs marchandises, des halles et d’une salle d’audience. Ainsi, en 1282, il fonde « l’Hôpital Viel », pour recevoir et éventuellement soigner les gens de passage, qui cohabitera avec un nouveau en 1393.
Dès le 13ème siècle, un château et des remparts défendent le passage, le pays frontalier étant alors la Savoie et le péage connait son apogée au 14ème siècle grâce au commerce des draps entre L’Italie et la Flandre. En 1585, la seigneurie est confisquée au profit du roi de France qui effectuera des réparations estimées à 600 francs au château dont ne subsistaient que quatre tours couvertes de tuiles, de l’attaque des Bernois. Trente ans plus tard, le château et les murailles sont de nouveau en bon état mais ne le resteront pas longtemps : l’armée du duc de Saxe Weimar les détruit. Une salle qui subsistait est alors transformée en église en 1663.
Le péage disparait en 1780. En 1847, l’ancienne route royale 67 qui reliait Lausanne à Pontarlier et Saint-Dizier en passant par la rue de l’église et la porte sud de Jougne est abandonnée au profit d’une nouvelle route qui passe par les Tavins et par le faubourg de Jougne. La portion occidentale de l’enceinte est démantelée, une place détruite ; c’est le tracé actuel de la N 57. Quelques années après, un terrible incendie détruit le village : les habitants trouvent refuge dans l’entrepôt des douanes. Le village mettra des années à se reconstruire et l’église qui avait été agrandie en 1852 est endommagée : elle a été restaurée depuis.

Le développement d’activités sidérurgiques le long de la Jougnena est extrêmement ancien. En 1585, le haut fourneau est en bon état, les deux grands soufflets sont bons, le gros marteau et l’enclume sont neufs. On dénombre deux forges, trois martinets et quatre clouteries à la veille de la Révolution. Le 19ème siècle connait l’apogée de cette activité avec l’arrivée de la famille Vandel qui emploie 112 ouvriers en 1826 dans leur usine d’affinerie, tirerie de fer et pointerie. On dénombre aussi deux fabriques de faux, six clouteries, six scieries, quatre moulins, une tannerie et une huilerie. Dans le dernier tiers du 19ème siècle, les difficultés se multiplient avec le renforcement des barrières douanières : Vandel ferme son usine et la transporte en Italie. Une reprise s’amorce à la Belle Époque avec les rasoirs Arbenz, les moteurs Zurcher, les cycles Alcyon et les pièces pour les automobiles Donnet-Zedel mais après la Première Guerre mondiale, aucune de ces activités ne résiste à la crise des années trente et elles disparaissent.

La chapelle Saint-Maurice

La chapelle Saint-Maurice

La Jougnena

La Jougnena

La Jougnena

La Jougnena

La carte interactive

Une base de données toujours mise à jour

Bien se préparer c'est important, sur la carte vous trouverez : hébergements, ravitaillements, offices de tourisme, gares et accès, boucles et étapes, sites remarquables, etc. Grâce aux différents calques, sélectionnez les niveaux d'information dont vous avez besoin.

Voir la carte interactive

Voir les autres éléments patrimoniaux

Touchez les pierres et goutez les saveurs
Voir le patrimoine naturelDécouvrir les sites clunisiens
Translate »