Saône-et-Loire

Les cheminées sarrasines

Accueil > Découvrir > Patrimoine culturel > Les cheminées sarrasines

Les cheminées sarrasines

De bien étranges constructions

Souvent comparées par les régionalistes aux cheminées des grandes coiffes bressanes, la cheminée sarrasine a toujours attiré les curieux et pose encore maintenant de nombreuses questions quant à son origine et son sens. Il est avéré que les premiers spécimens soient apparus avant le 13ème siècle dans nos contrées, et plus particulièrement en Bresse de l’Ain ainsi qu’à Romenay et Varennes-Saint-Sauveur, dans des villages reprenant approximativement le contour de l’ancienne seigneurie des sieurs de Bagé.
La particularité de la cheminée sarrasine réside dans son foyer chauffant au large c’est-à-dire son âtre central ouvert sur la pièce principale de la maison. Cette caractéristique se retrouve dans bon nombre de constructions traditionnelles telles les huttes gauloises ou les habitations suédoises ou norvégiennes.
Mais alors pourquoi ce qualificatif de « sarrasine » ? Les premiers chercheurs ont en effet attribué ces constructions à une population barbare, de celles ayant été repoussées par Charles-Martel à Poitiers en 732, mais qui ce serait fixée le long de la Saône. Pour contrer cette explication, d’autres ont simplement dit qu’était appelé « sarrasin » tout ce qui relevait d’éléments étranges ou étrangers culturellement ou cultuellement. Dans tous les cas, cette appellation de « cheminée sarrasine » a sans doute été créée par les érudits locaux puisqu’elle n’apparaitrait qu’au 18ème siècle.
Recensées à plus de 400 exemplaires par Gabriel Jeanton en 1923, il n’en reste guère qu’une petite trentaine aujourd’hui, réparties exclusivement dans l’Ain et sur la commune de Romenay, seule commune de Saône-et-Loire à posséder encore trois exemples de ce type de construction.
La cheminée sarrasine, pour être complète, doit comporter trois éléments : la mitre, la hotte et le foyer central. La mitre, est l’élément qui fait remarquer la présence d’une telle construction. Coiffant le conduit, la mitre, ostentatoire, semble bien disproportionnée par rapport au reste de l’habitation bressane. Classée selon une typologie particulière, elle peut être de type polygonal, carré à pyramide, carré avec lanterne terminale ou rectangulaire en reliquaire. Une croix en fer forgé venait enfin surmonter ce clocheton.
Ensuite, la hotte (ou manteau) correspond à un gros conduit pyramidal ouvert construit comme le reste de la maison en pans de bois et rempli d’un clayonnage recouvert d’argile. De dimensions volumineuses (la portée pouvait atteindre 8m), la hotte était supportée par la poutre maîtresse et par le mur de refend de la maison et traversant l’étage était visible au grenier.
Sous cette hotte, directement à l’aplomb de la mitre, se trouvait l’âtre, le foyer central de la maison, situé à même le sol. Tout près, se trouvait l’archebanc, cet élément du mobilier dont nous avons déjà parlé, indissociable des intérieurs chauffés au large par une cheminée sarrasine. Banc coffre, on y gardait précieusement les papiers de la famille (contrats, actes de mariage…) et ne s’y asseyaient que les personnes âgées et parfois, pour les grands moments de la maisonnée, le notaire et le curé, selon les familles.
On se retrouvait donc tout près de ce foyer central lors d’instants solennels et surtout lors des veillées où les générations se mêlaient, échangeaient et c’est ainsi que se transmettaient les savoirs manuels et oraux, les légendes et peut-être aussi l’origine de ces cheminées sarrasines, aujourd’hui perdue dans la nuit des temps, laissant ainsi place à l’imagination…

La ferme du Champ bressan

La ferme du Champ bressan

La hotte de la cheminée

La hotte de la cheminée

Mitre de la cheminée de la ferme du Champ Bressan

Mitre de la cheminée de la ferme du Champ Bressan

L'archebanc à proximité du foyer chauffant au large

L'archebanc à proximité du foyer chauffant au large

La carte interactive

Une base de données toujours mise à jour

Bien se préparer c'est important, sur la carte vous trouverez : hébergements, ravitaillements, offices de tourisme, gares et accès, boucles et étapes, sites remarquables, etc. Grâce aux différents calques, sélectionnez les niveaux d'information dont vous avez besoin.

Voir la carte interactive

Voir les autres éléments patrimoniaux

Touchez les pierres et goutez les saveurs
Voir le patrimoine naturelDécouvrir les sites clunisiens
Translate »